© Daniele Fantin On Unsplash © Daniele Fantin On Unsplash

Il s'agira de capturer, voire de modéliser, des réponses impulsionnelles de salles pouvant être appliquées à des champs acoustiques représentés sous forme ambisonique.

Pour cela, nous disposerons d'un microphone de prise de son ambisonique d'ordre 1 (4 capsules) et d'un dôme de diffusion à 18 haut-parleurs (au SCRIME, Université de Bordeaux).

Une première expérience simple pourrait être d'enregistrer la réponse de la salle à un signal de référence de type "chirp" (une sinusoïde de fréquence variant linéairement), et de déconvoluer le résultat obtenu par la source pour retrouver la réponse.

Cela devrait mener rapidement à l'estimation de la réponse impulsionnelle de la salle, à l'ordre 1, le tout étant de voir (ou plutôt d'entendre) si cette dernière peut alors facilement s'appliquer au dôme (à un ordre supérieur) pour un effet de réverbération réaliste.

Ensuite, en fonction du temps disponible, il sera possible de s'intéresser à la modélisation de la réponse impulsionnelle ambisonique, en la décomposant en une partie déterministe (les premières réflexions) et une partie stochastique (les réflexions tardives), afin de pouvoir contrôler la réponse, notamment lorsque la source se déplace.

Ce stage de recherche se fera en collaboration entre le L3i, Université de La Rochelle, et le SCRIME / LaBRI, Université de Bordeaux.

Contacts : Sylvain Marchand (sylvain.marchand@univ-lr.fr) et Myriam Desainte-Catherine (myriam.desainte-catherine@labri.fr)

Mise à jour le 11/05/2018